Posted on: octobre 12, 2020 Posted by: Miriane Tcheffi Comments: 0

Nous vous avions présenté il y a peu les visages qui participent au rayonnement de Naimadolls. Découvrez aujourd’hui, l’interview de Yapi Koussô Victoire, mère de deux magnifiques enfants : une fille de 2ans et petit garçon de 06 mois. Couturière de formation, Victoire travaille depuis peu à Naïmadolls une entreprise qui évolue dans la promotion des valeurs africaines à le travers le divertissement de la petite enfance. Son efficacité et la qualité de son travail font que les opportunités et les sollicitations fusent de partout. C’est avec joie qu’elle nous reçoit sur son lieu de travail et nous accorde un brin de son temps en une matinée très ensoleillée.

Confectionnement de tenues Amazones pour les prototypes.

Bonjour Victoire ! très belle matinée ! Dite-nous Comment avez-vous connu et intégré Naya Holding ?
Bonjour! J’ai connu Naïmadolls grâce à une de mes voisines qui travaille ici, au début je ne comprenais pas trop. J’ai déjà vue des poupées noires mais pour c’est chez les blancs ça quitte avec les habilles et à ma grande surprise, elle me dit qu’on recrute des jeunes femmes couturières. Par curiosité, j’ai accepté (Rire) je me souviens comme si c’était hier, hey (encore un Rire). Je rentre, voici des poupées mince, grosse, un peu en forme, je suis étonnée. La patronne et la responsable de production me donne une poupée, plus un morceau de pagne pour un essai. Je vous assure que j’ai passé toute l’après-midi dessus, tellement je n’étais pas concentré mais quelques après j’ai commencé à voir sous un autre point vue. Et j’ai constaté moi-même que je prenais du plaisir à le faire, Dieu merci aussi, mes patrons appréciaient mon travail.

Sur quoi travaillez-vous actuellement ?
Actuellement je travaille sur les tenues de poupées de cette année. Il y a plusieurs modèles mais aujourd’hui je travaille sur huit (8) différents modèles pour les prototypes que voici.

Modèle N° 1 des prototypes

Comment êtes-vous rentrée dans le métier de la couture ?
Je tiens à dire que depuis toute petite je désirais faire la couture et pour cela je ne voulais pas perdre mon temps à faire de long études. Grâce à Dieu, mes parents m’ont compris et encouragé mais dès l’âge de 15 ans la passion devenait très forte. Je viens donc à Abidjan pour me faire former au métier, il faut dire qu’en peu de temps j’avais la main, c’est un don. [Rire aux éclats] Oui ! je suis quand même doué ? non pas pour me lancé des fleurs mais c’est ce qui m’a permis de travailler à mon propre compte depuis cinq (5) ans maintenant.

C’est super. Vous êtes à Naya Holding depuis peu, vous vous occupez de deux (2) enfants, vous avez un foyer à gérer ainsi que les humeurs de clients. Comment arriviez-vous à faire tout ça à la fois?
C’est la grâce de Dieu. Chaque jour qui se lève et je confie tout à Dieu et je m’organise en fonction des activités de la journée et de la semaine . Ce qui est bien ici, à Naïmadolls c’est que je travaille ne travail toute l’année, c’est en fonction des besoins de l’entreprise et j’ai la possibilité de faire venir les enfants pour jouer pendant que je travaille à côté. Puisque je sais qu’à tout moment on peut me solliciter, ici ou ailleurs, je commence alors sur place toutes mes commandes. En général je reçois à la maison, à partir de 10 heures jusqu’à 16 heures. Mais dernièrement je finis un peu plutôt à cause de mon bébé, 15 heures j’arrête tout. Les autres temps de la journée, je les consacres à ma maison et à mes enfants quand je ne suis pas à Naïmadolls. Et, Sans vous mentir c’est très fatiguant surtout c’est temps-ci avec mon nourrisson mais Dieu est ma force.

Racontez nous un peu une de vos journées hors des locaux de Naya Holding?

Je n’ai pas de servante donc chaque jour je me réveille toujours à 5 heures du matin pour nettoyer ma maison ; Ensuite, je prépare le petit-déjeuner pendant que tout le monde mange, je fais tremper le linge du bébé, je le lave, je le nourrit puis je l’endort pour faire sa petite lessive. David, c’est le nom de mon bébé aime dormir le matin donc à ce niveau je ne fournis pas grande chose. Dès qu’on dit 9 heures 30 minutes, j’ai fini mes travaux, je peux me mettre sur la machine pour travailler.

Qu’est-ce que Victoire aime et n’aime pas dans sa vie ?

Oh je n’aime pas les forces personnes, ceux qui font semblant d’être avec toi or dans le fond, ils cherchent juste à se faire voir et profiter de ta gentillesse Moi Victoire, je te remets à ta place et on se dit au revoir (rire). Et, j’aime les personnes honnêtes, travailleuses, qui savent apprécier les gens à leur juste valeur.

Miriane TCHEFFI

Leave a Comment